COVID-19 pendant la grossesse: le premier cas indien de transmission verticale de coronavirus de la mère à l’enfant documenté à l’hôpital de Pune

COVID-19 pendant la grossesse: le premier cas indien de transmission verticale de coronavirus de la mère à l’enfant documenté à l’hôpital de Pune

L’enfant avait besoin de soins intensifs mais s’est complètement rétabli en trois semaines, après quoi elle et la mère ont été libérées en juin.

Les médecins de Pune ont confirmé qu’il est possible pour une femme enceinte infectée par le COVID-19 de transmettre le virus à son enfant par le placenta. Cela est venu après que le premier cas documenté de transmission verticale (de la mère à l’enfant) a été documenté dans un hôpital de Pune, l’enfant présentant un cas grave de la maladie.

La première naissance positive au COVID dans le pays était une petite fille, née d’une mère de 22 ans au BJ Medical College et à l’hôpital général de Sassoon le 27 mai, selon un rapport publié dans Hindustan Times. L’enfant a eu besoin de soins intensifs, mais s’est complètement rétabli en trois semaines, après quoi elle a obtenu son congé en juin.

Le nouveau-né et la mère ont été isolés à la naissance, après que la mère aurait contracté le COVID-19, selon un Temps de l’Inde rapport. Le bébé semblait également présenter des signes sévères de l’infection, notamment une fièvre, une léthargie et des paramètres sanguins anormaux suggérant une inflammation.

« Le bébé a nécessité des soins intensifs en termes de soutien en oxygène à haut débit pendant une semaine, mais il s’est complètement rétabli en trois semaines. La femme et le nourrisson sont sortis après leur rétablissement 21 jours après l’accouchement », a déclaré le pédiatre de l’hôpital, le Dr Aarti Kinikar. TOI.

COVID19 pendant la grossesse Premier cas de transmission verticale de coronavirus de la mère à l'enfant en Inde documenté à l'hôpital de Pune

Une femme enceinte est allongée sur une table d’examen alors qu’une infirmière pose ses mains sur son ventre lors d’un examen dans un centre de santé communautaire à Chharchh. Reuters

Des chercheurs du BJ Medical College et de l’hôpital général de Sassoon ont rapporté avoir trouvé la preuve que le virus SARS-CoV-2 était transmis de la mère à l’enfant par le placenta. Le placenta est le lien physique entre l’utérus de la mère et le fœtus en croissance à travers lequel le sang de la mère est filtré et la nutrition essentielle passe dans le liquide amniotique qui entoure le fœtus.

Le Conseil indien de la recherche médicale (ICMR), dans un Avis d’avril, a souligné l’émergence de preuves suggérant qu’une femme enceinte peut transmettre l’infection à coronavirus à son bébé à naître. Le communiqué souligne qu’il n’est toujours pas clair quelle proportion de grossesses COVID-19 affecte un fœtus, et que la transmission verticale de la mère au fœtus était une probabilité qui est toujours à l’étude. le des conseils sur la gestion du COVID-19 pendant la grossesse les femmes ont également suivi.

Les scientifiques ont souligné que l’infection verticale est bien documentée dans d’autres épidémies virales, comme les infections à VIH et à virus Zika. Cependant, dans le cas du COVID-19, il y a un manque de littérature scientifique pour valider la probabilité de transmission verticale.

La communauté mondiale de la recherche a fixé cette forme de transmission comme peu probable et rare, mais possible. Il y a également eu d’autres cas de transmission verticale «transplacentaire» du SRAS-CoV-2 de la mère à l’enfant. De nombreux cas dans lesquels le fœtus semblait avoir des anticorps, sans que la mère soit testée positive pour le coronavirus également été signalé.

Cela indique une incertitude sur la façon dont un fœtus est infecté et dans quelles conditions une mère COVID-19 positive peut transmettre l’infection à son fœtus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *