Transcription révisée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats OSR.DE 7-May-20 12:00 pm GMT

Muenchen 25 mai 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou présentation d’Osram Licht AG sur les résultats le jeudi 7 mai 2020 à 12 h 00 GMT

Mesdames et messieurs, merci de votre présence. Je suis Haley, votre opérateur Chorus Call. Bienvenue et merci de vous joindre à l’OSRAM Licht AG Analyst and Investor Call. (Instructions de l’opérateur)

Je voudrais maintenant confier la conférence à Juliana Baron. Allez-y.

Merci, Haley. Bonjour et bon après-midi, mesdames et messieurs. Un accueil très chaleureux à la conférence téléphonique OSRAM sur nos résultats du deuxième trimestre 2020. Je suis accompagné de M. Olaf Berlien, notre PDG; et je suis heureux d’accueillir, pour la première fois lors de notre appel à publication des résultats, Kathrin Dahnke, notre nouvelle directrice financière; ainsi que le Dr Stefan Kampmann, notre directeur technique; et aussi la première fois dans l’appel, mais pas nouveau, notre responsable du contrôle de gestion, François Gérard. Olaf et Kathrin commenteront le développement du marché et notre performance financière. Ensuite, nous serons heureux de répondre à vos questions.

Pour rappel, l’appel d’aujourd’hui est en cours d’enregistrement. Vous pouvez suivre la webdiffusion sur notre site Web à osram.com/ir, où vous trouverez également les diapositives disponibles en téléchargement.

Comme pour les téléconférences sur les résultats précédentes, je voudrais attirer votre attention sur la déclaration de la sphère de sécurité à la page 2 de la présentation des résultats. Comme d’habitude, cela s’applique tout au long de cet appel.

Il me fait maintenant plaisir de remettre l’appel à Olaf.

Oui. Merci, Juliana. Mesdames et messieurs, je vous souhaite la bienvenue à notre conférence téléphonique d’aujourd’hui. Avant d’en venir aux résultats du deuxième trimestre, je voudrais vous présenter mon nouveau collègue au Conseil. Je suis très heureux que nous ayons acquis un expert financier largement respecté à Kathrin. Elle possède une grande expérience dans la transformation d’entreprises, à la fois moyennes et cotées en bourse. Cela nous sera très utile, en particulier dans la situation actuelle. Mais c’est mieux si elle se présente. Kathrin?

Merci, Olaf. Bonjour, mesdames et messieurs. Et en ce qui me concerne, personnellement, j’ai travaillé dans différentes entreprises, cotées et entreprises familiales privées et dans divers domaines tels que la finance, le contrôle et les fusions et acquisitions, où j’ai travaillé pour une banque allemande. Ce qui peut vous intéresser, c’est ma nomination en tant que directeur financier au conseil d’administration de GILDEMEISTER AG, qui est aujourd’hui une société appelée DMG Mori AG. À cette époque, il était répertorié dans le MDAX. Et je suis allé en tant que responsable des finances avec cette entreprise à travers la crise financière de 2008 et 2009. Et j’ai eu le plaisir de passer par la société et le regroupement d’entreprises avec la société japonaise Mori Seiki. Et je pense que ces 2 aspects étaient – sont intéressants pour mon poste actuel à OSRAM aujourd’hui.

Mon dernier poste était au sein du groupe d’entreprises familiales, Werhahn, où j’étais non seulement directeur financier mais également responsable de l’entreprise Wilh, qui était l’unité Matériaux de construction. Je suis également membre de plusieurs conseils de surveillance. Et j’ai hâte de relever le défi de travailler pour cette entreprise passionnante.

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – PDG et président du directoire [5]

————————————————– ——————————

Oui. Merci, Kathrin. Je vais maintenant commenter l’état actuel de nos activités. Par la suite, Kathrin vous présentera les chiffres détaillés du deuxième trimestre. Comme toujours, nous nous ferons un plaisir de répondre à vos questions.

Passer à la diapositive n ° 3. Mesdames et Messieurs, malgré la situation des coronavirus, nous avons réalisé un bon deuxième trimestre en ligne avec les attentes du marché. Nous avons réussi à maintenir un impact modéré sur nos activités. Nous avons pris des contre-mesures à un stade précoce. Et grâce à nos programmes de performance, nous avons même pu augmenter notre rentabilité et notre cash-flow. Une gestion efficace des crises nous a permis de maintenir une grande partie de notre chaîne d’approvisionnement et de notre production. Cela sera important pour la période après la couronne, lorsque les affaires reprendront. Je reviendrai plus en détail sur les mesures corona plus tard.

Jusqu’à présent, OSRAM a relativement bien traversé la crise. Cependant, les effets du COVID-19 nous toucheront pleinement au cours du troisième trimestre en cours. Cela concerne les arrêts de production chez les clients, la fermeture des cinémas dans le monde, ou encore l’annulation de spectacles et de concerts. Comme annoncé mi-mars, nous ne nous attendons donc pas à atteindre nos objectifs initiaux pour l’exercice 2020. À ce stade, la situation générale du marché n’est pas plus claire. Et cela m’amène aux chiffres du deuxième trimestre.

La diapositive n ° 4 montre, sur une base comparable, que le chiffre d’affaires des 3 premiers mois civils a baissé de près de 8% à 821 millions d’euros. La raison principale était une restriction à nos activités en Chine causée par COVID-19. À 96 millions d’euros, l’EBITDA ajusté est bien supérieur de 1/3 à celui de l’année précédente. La marge d’EBITDA ajusté s’est améliorée de près de 4 points de pourcentage par rapport au trimestre de l’année dernière. Il était de 11,7%. Nos programmes d’efficacité en cours ont eu un impact positif ici. Grâce à une gestion ciblée de la trésorerie, nous avons également réalisé un flux de trésorerie disponible positif de 64 millions d’euros. Ceci est d’autant plus important au vu des conditions économiques actuelles. Et cela m’amène à la page # 5.

Ici, nous pouvons voir l’impact sur la pandémie COVID sur l’économie mondiale. Par exemple, l’indicateur avancé composite de l’OCDE, qui suit les changements dans l’activité économique, a montré une baisse rapide ces dernières semaines. Ceci est illustré plus clairement par les responsables des achats de JPMorgan sur le côté droit. Il a chuté de façon spectaculaire depuis janvier. La clé sera de savoir comment l’économie mondiale se remettra de ce coup. Le redémarrage de l’économie ne sera pas un processus harmonieux partout. Mais l’impact sur nous dépendra largement du processus de récupération. Les effets sur le COVID-19 sur nous sont également évidents dans les prévisions de production mondiale de voitures.

La diapositive 6 montre les chiffres de la production mondiale tels que prévus par IHS. Selon la dernière estimation, la production de notre exercice en cours tombera à 71 millions de véhicules. Cela représente une baisse de plus de 20% par rapport à l’année précédente. Avec la fermeture de nombreux constructeurs automobiles ces dernières semaines, les conséquences se font désormais sentir. Toutes les régions sont touchées, avec des baisses pouvant atteindre 25%. La situation est similaire pour les achats de voitures. Les chiffres des ventes en mars représentent dans la moitié des cas le niveau habituel. Pourtant, la production a redémarré en Chine et IHS prévoit une reprise en chiffres absolus au quatrième trimestre de l’exercice 2020.Toutefois, compte tenu des incertitudes évoquées lors du démarrage de la production, nous devons attendre et voir. Une chose est sûre: la situation actuelle aura un impact sur nous à court terme. Plus importantes encore sont les mesures que nous avons prises très tôt contre le COVID-19.

Je passe à la diapositive n ° 7. Toutes les mesures suivent trois principes directeurs: premièrement, protéger les employés; deuxièmement, maintenir les opérations en cours; et troisièmement, minimiser l’impact financier. Jusqu’à présent, nous avons très bien géré les 3. Au tout début de la crise en Chine, nous avons mis en place un groupe de travail mondial avec une salle de guerre professionnelle et sous ma direction directe. Nous avons également rapidement mis en place des mesures d’hygiène spécifiques. Et nous avons introduit le travail à domicile pour protéger les employés. Avec cette gestion stricte, nous n’avons à ce jour que 8, 8 cas de couronne confirmés dans le monde. Et là où ces cas se sont produits, nous avons répondu immédiatement pour garantir la poursuite des opérations. Et grâce à nos plans d’urgence existants et au travail professionnel de nos équipes, nous avons pu maintenir une grande partie de nos opérations. Nous avons également réussi à maintenir l’impact financier au T2 modéré grâce à des initiatives mondiales de coûts et de trésorerie.

Nous avons combiné ces initiatives corona spécifiques et en tant que programme dit SHIELD. À la page 8, vous pouvez voir les résultats de ces efforts. En quelques semaines, nous avons identifié un volume de liquidité supplémentaire de plus de 200 millions d’euros pour cet exercice. L’effet EBITDA est compris entre 40 et 50 millions d’euros. Cela concerne les mesures RH telles que le chômage partiel. Il a également des centaines d’initiatives d’économie dans toutes les usines et entités juridiques. Mais bien sûr, nous poursuivons également la transformation en cours de l’entreprise.

Et ce qui m’amène à la page # 9 et aux mesures de performance structurelle. Au deuxième trimestre, nous avons poursuivi la mise en œuvre de nos programmes performants existants. Cela vaut en particulier pour les mesures chez Opto et dans l’administration centrale. Ils nous ont permis d’économiser 26 millions d’euros au dernier trimestre. Des mesures structurelles supplémentaires ont récemment été annoncées pour les usines allemandes et l’innovation centrale. Sur l’ensemble de l’année, nous tablons désormais sur une économie brute d’environ 90 millions d’euros. Et pour l’objectif à moyen terme jusqu’à l’exercice 2022 a été porté à 300 millions d’euros.

À ce stade, un bref commentaire sur la prise de contrôle prévue des ams. Les approbations antitrust sont toujours en attente. Et les préparatifs du processus d’intégration se poursuivent en arrière-plan. Et en attendant, nous nous concentrons sur nos propres performances.

Mesdames et Messieurs, pour résumer, grâce à la gestion cohérente des crises et à nos programmes de transformation, nous avons maintenu l’impact du coronavirus au T2 dans des limites raisonnables. Cependant, pour le troisième trimestre, nous prévoyons un impact significatif sur notre activité. La discipline des coûts et la gestion de la trésorerie restent donc une priorité absolue.

Et avec cela, je voudrais maintenant passer la parole à Kathrin.

————————————————– ——————————

Kathrin Dahnke, OSRAM Licht AG – CFO & membre du comité de direction [6]

————————————————– ——————————

Merci, Olaf. Examinons maintenant plus en détail les chiffres du deuxième trimestre, et je commence à regarder les revenus, qui se trouvent à la page 10. Nous avons eu une évolution favorable du taux de change ainsi que des ajouts de portefeuille, et les deux ont eu un impact positif sur le nominal hausse des revenus. La croissance comparable s’élève à près de 8%, précisément 7 points – correspond à une baisse de 8%, précisément 7,9%. La baisse du chiffre d’affaires par rapport au T2 de l’exercice précédent est principalement due à l’impact corona, tel que discuté, qui s’élève à environ 60 millions d’euros pour le trimestre complet 2 de l’exercice.

En ce qui concerne nos régions, l’APAC a diminué de moins 9,5% comparable. Rien d’étonnant à cela, la Chine a reculé de moins 15,3% d’une année sur l’autre. Le plus gros succès dans la région APAC est venu pour les ventes de DI, avec un impact corona précoce sur le divertissement ainsi que des défis dans le secteur de l’embellissement de la ville après de nouvelles réglementations en Chine et confronté à des blocages dans la région. En outre, AM a enregistré une baisse des revenus dans la région APAC, principalement pénalisée par la baisse de la demande en Chine et une forte baisse des activités OEM de sources lumineuses traditionnelles.

Sur une base comparative faible, Opto a pu augmenter ses ventes dans la région APAC d’un pourcentage élevé à un chiffre par rapport à l’année précédente, fortement soutenu par – par les entreprises pour les applications de détection. Les Amériques et la région EMEA ont toutes deux affiché une croissance comparable négative de moins 7,2% au T2, tirée par toutes les unités opérationnelles.

Permettez-moi maintenant d’approfondir le développement des revenus dans les 3 unités commerciales. Commençons par Opto. Le chiffre d’affaires OS au deuxième trimestre a connu une baisse modeste de moins 1,8% par rapport à l’année précédente. Au sein d’Opto, le chiffre d’affaires automobile a été le plus touché par la couronne en termes absolus, en partie à cause de la fermeture temporaire de notre installation back-end de Wuxi début février et en partie à cause de la demande. Alors que les revenus liés à l’éclairage sont restés plutôt stables sur une base comparable, la visualisation a dû faire face à une faible demande continue pour les applications laser industrielles. La détection, cependant, a affiché de bonnes performances avec une croissance positive en pourcentage à deux chiffres en glissement annuel.

Permettez-moi maintenant de passer aux revenus de l’industrie automobile – automobile, notre unité AM. Étant donné que le composant LED automobile et le marché secondaire ont enregistré une baisse des revenus comparable modeste au deuxième trimestre de cet exercice, il n’y a eu aucune compensation pour la forte baisse continue de l’activité des sources lumineuses traditionnelles. De plus, à la fin du trimestre, nous avons commencé à voir une baisse significative de la demande en raison des fermetures mondiales chez les OEM et les clients de niveau 1. Cela a affecté tous les canaux finaux de nos segments. Dans l’ensemble, la croissance du chiffre d’affaires comparable AM ​​s’est établie à moins 8,7% pour le trimestre. Sans l’impact corona, la baisse aurait été plutôt modeste à un niveau d’environ moins 2%. L’évolution du chiffre d’affaires de la filiale OSRAM Continental, qui fait partie du segment de reporting AM, est en ligne avec l’évolution globale d’AM à l’échelle mondiale.

Enfin et surtout, le développement du numérique. Les ventes d’ID ont été les plus durement touchées par les perturbations de la chaîne d’approvisionnement en Chine et l’exposition au divertissement et à l’embellissement de la ville, qui ont connu un impact précoce de la pandémie de corona. Dans l’ensemble, la baisse du chiffre d’affaires comparable a été de moins 12,3% pour le trimestre, tirée par tous les segments et toutes les régions, cependant, l’APAC enregistrant la plus forte baisse des revenus comparables.

Passons à la baisse de rentabilité de la page 11. L’EBITDA ajusté du deuxième trimestre s’établit à 96 millions d’euros en termes absolus, se traduisant par une marge améliorée de 11,7%, comme mentionné précédemment. Cette marge, par rapport à l’année précédente, est principalement tirée par Opto et nos programmes de performance, qui prennent effet avec succès. Les effets sur les prix et l’inflation pourraient être surcompensés par ces mesures de productivité d’un total de 7 millions d’euros. Au deuxième trimestre, nous avons enregistré une augmentation de l’EBITDA en appliquant initialement la norme IFRS 16 d’environ 13 millions d’euros. Dans la division Opto, l’EBITDA ajusté s’est amélioré par rapport à l’année précédente à 21%, principalement grâce à des marges brutes plus élevées, en particulier des économies de productivité et des coûts fonctionnels inférieurs.

La marge d’EBITDA ajusté du matin est tombée sous le niveau précédent à 6,9% au T2, sous l’effet de la baisse du volume et de l’augmentation des coûts fonctionnels par rapport au T2 de l’année précédente. Les économies de productivité au deuxième trimestre de l’année en cours ont compensé les effets négatifs sur les prix et l’inflation. Notre filiale OSRAM Continental a continué d’être dilutive au cours du trimestre et le BAIIA ajusté est demeuré négatif.

Venir à la rentabilité de DI. Malgré une baisse du volume et de l’effet couronne, la marge d’EBITDA ajusté s’est améliorée par rapport au trimestre de l’année précédente et séquentiellement et est devenue positive avec plus de 1% ou 0,8%. L’amélioration de la rentabilité a été principalement tirée par des mesures de productivité, donc une marge brute plus élevée et une baisse des coûts fonctionnels. L’EBITDA ajusté des éléments corporatifs pour OSRAM a été négatif avec moins EUR 12 millions, impacté positivement par une gestion rigoureuse des coûts ainsi que par un effet ponctuel. Veuillez noter que, comme prévu, nous avons conclu en mars un accord pour des programmes de licenciement supplémentaires en allemand, Interessenausgleichs und Sozialplans, avec les représentants des travailleurs allemands de l’entreprise. En conséquence, les coûts de restructuration du personnel se sont élevés à 45 millions d’euros au deuxième trimestre.

Jetons un coup d’œil à la diapositive 12. Le cash-flow libre a été positif, comme mentionné précédemment, avec 64 millions d’euros au deuxième trimestre de notre exercice, tirés par une stricte gestion du CapEx et du fonds de roulement net, ainsi que par l’extension de nos programmes d’affacturage. Avec 22 millions d’euros de CapEx, ce chiffre est resté à un niveau très bas ce trimestre. La pandémie corona provoque, comme discuté, un ralentissement économique général, des incertitudes géopolitiques et une visibilité limitée en cours. Par conséquent, en ce moment, il est crucial pour nous de nous concentrer sur la trésorerie et la liquidité. Et comme vous pouvez le voir dans le graphique à barres en bas à droite, notre liquidité disponible en termes de trésorerie et de lignes de crédit non utilisées s’élève à 783 millions d’euros au 31 mars de cette année. La trésorerie d’EUR 583 millions a été considérablement augmentée par mesure de précaution en ces temps incertains grâce au prélèvement anticipé de notre facilité de crédit syndiqué. La ligne de crédit restante non tirée et engagée s’élève à 200 millions d’euros au titre de cette facilité, et nous n’avons aucun remboursement ordinaire majeur à l’avenir.

Alors, qu’est-ce qui nous attend? Compte tenu des défis opérationnels et financiers sans précédent résultant de la pandémie de corona, l’évolution future est incertaine. Par conséquent, nous ne pouvons pas quantifier à l’heure actuelle, l’impact économique de la pandémie sur OSRAM. Cependant, nous sommes bien préparés avec une gestion de crise très serrée et stricte en place. Notre gestion de la liquidité comprend un large éventail de mesures et nous avons d’autres instruments à portée de main. Nous suivons de près le développement économique, effectuons des analyses de scénarios et évaluons et exécutons en continu toutes les mesures de réduction des coûts possibles. Nous recherchons également des sources de financement supplémentaires dans le monde entier.

Nous avons mis en place un processus de prévision de liquidité éprouvé et pouvons compter sur une relation solide avec notre consortium bancaire de haute qualité. Par conséquent, nous nous concentrons en ce moment sur la gestion de la trésorerie d’une part et sur d’autres mesures de réduction des coûts de l’autre. Juliana?

————————————————– ——————————

Juliana Baron, OSRAM Licht AG – Responsable IR [7]

————————————————– ——————————

Merci, Kathrin. Nous attendons maintenant vos questions avec impatience. Haley, allez-y.

================================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur [1]

————————————————– ——————————

(Instructions de l’opérateur) Et la première question vient de la lignée de Sven Weier d’UBS.

————————————————– ——————————

Sven Weier, UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur exécutif et analyste [2]

————————————————– ——————————

Le premier s’adresse à Olaf, car vous avez très heureusement mentionné lors de la réunion de presse ce matin ce que vous voyez pour avril en termes de développement de vos revenus. Je pense que vous avez dit entre moins 30% et 45%. Je me demandais simplement, est-ce que la plage que vous voyez diffère entre les divisions? Ou est-ce moins 30%, moins 45% un stade approximatif pour les 3 divisions que vous voyez?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – PDG et président du directoire [3]

————————————————– ——————————

C’était ta première question?

————————————————– ——————————

Sven Weier, UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur exécutif et analyste [4]

————————————————– ——————————

Oui. Évidemment, vous savez, en tant qu’analystes, si vous donnez un chiffre pour 1 mois, je me demandais simplement, je sais que vous ne donnez pas de directives évidentes pour l’année. Mais je pense que vous avez également dit lors de la conférence de presse, évidemment, qu’avril sera le mois le plus faible. Et je me demandais simplement si vous êtes prêt à vous préparer à donner une gamme également pour le Q3 dans son ensemble?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – PDG et président du directoire [5]

————————————————– ——————————

Oui. Merci pour la question. Permettez-moi d’essayer d’expliquer un peu ce que – un peu ce que je veux dire avec une fourchette de 30% à 45%. La visibilité est vraiment, vraiment faible. Bien sûr, j’ai les chiffres réels d’avril. Les premiers chiffres arrivent maintenant. Et nous sommes au début du mois de mai. Mais nous avons vraiment 0 visibilité pour juin. Et pour cette raison, nous ne pouvons pas faire de proposition vraiment juste pour le trimestre. C’est la raison. Je pense que la plupart de nos collègues ont le même problème.

Donc, ce que je veux dire, c’est que la moyenne concerne les trois unités commerciales. Donc, les chiffres, quelle est votre question, pour les 3 unités commerciales, en moyenne dans l’entreprise, parce que nous sommes en tout 3. Jetez un coup d’œil, comme je l’ai dit dans mon discours, le DI – une partie du DI est dans le entreprise de cinéma. Nous sommes un leader du marché mondial. Il n’y a pas de cinéma unique – il n’y a pas de cinéma unique au monde, qui soit ouvert. Peut-être un cinéma au volant, mais le reste du monde est fermé. Il n’y a pas de spectacle extérieur unique, celui qui se déroule ce mois-ci, le mois prochain et certainement pas en juin. L’impact a donc été lourd et le sera encore.

————————————————– ——————————

Sven Weier, UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur exécutif et analyste [6]

————————————————– ——————————

Et avec ce genre de baisse en avril, d’une part, mais d’autre part, vous avez évidemment fait un très bon travail du côté des coûts. Je veux dire, devons-nous encore supposer qu’avec de tels taux de baisse, il est vraiment difficile d’être à l’équilibre au niveau du BAIIA sur une base mensuelle ici.

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – PDG et président du directoire [7]

————————————————– ——————————

Sur une base mensuelle, oui, je dirais, si vous avez une baisse de 30% à 45%, il est impossible d’avoir un point mort. Je pense donc qu’il n’y a pas une seule entreprise, peut-être Amazon ou Apple. Mais généralement, votre seuil de rentabilité est définitivement – et vous le savez de nos pièces que vous voyez de la rentabilité, si vous avez une baisse de 30%, il est impossible d’avoir le seuil de rentabilité.

————————————————– ——————————

Sven Weier, UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur exécutif et analyste [8]

————————————————– ——————————

Oui. Ça a du sens. Et la deuxième question, si vous me le permettez, est en fait pour Stefan. Parce que je veux dire maintenant en laissant de côté les défis à court terme, je me demandais simplement si vous pouviez également nous donner une mise à jour du côté de la technologie, peut-être le dernier développement que vous voyez sur la détection des percées, comment progressez-vous là-bas? Peut-être aussi du côté LiDAR, je suppose, évidemment, que c’était un peu en arrière-plan, peut-être faire quelques mois, mais j’étais vraiment curieux de savoir si vous avez une mise à jour sur ce moteur.

————————————————– ——————————

Stefan Kampmann, OSRAM Licht AG – CTO & membre du comité de direction [9]

————————————————– ——————————

Oui. Merci. Je pense que lorsque nous regardons la division de détection et l’activité de détection, je dirais que le LiDAR est toujours une activité forte. L’automobile, cependant, nous voyons que maintenant une phase plus réaliste pour l’avenir. Dans l’électronique grand public, nous voyons une forte demande pour de nouvelles solutions, vous voyez le côté mondial et le côté phase. Du côté mondial, nous voyons de plus en plus de systèmes de détection 3D, qui sont annoncés par nos clients pour l’application tablette, mais aussi pour l’application smartphone. Et nous sommes très positifs dans la demande future.

Lorsque nous regardons la LED, actuellement, nous voyons un énorme intérêt pour les LED UV, comme vous pouvez l’imaginer, car les applications de désinfection sont actuellement très intéressantes pour nos clients. Nous soutenons actuellement cette activité avec nos lampes UV traditionnelles et nous essayons actuellement d’augmenter le volume et les capacités de fabrication des lampes UV traditionnelles. Mais nous mettons également au défi OS de mettre davantage l’accent sur le développement des LED UV en tant que type de transformation de cette industrie des lampes UV traditionnelles aux LED UV.

Et par exemple, si vous pensez à la désinfection des surfaces à l’intérieur d’une voiture, des voitures de location, des voitures partagées, il y a un énorme intérêt du marché à avoir des solutions de désinfection basées sur la photonique, et c’est quelque chose où nous mettons beaucoup de concentrer et beaucoup d’activités de R&D actuellement dans OS. Et nous sommes très positifs que nous verrons très bientôt les premières solutions que nous pouvons proposer à nos clients à cet égard. Donc, dans l’ensemble, je pense que même la crise exige de nouvelles solutions pour notre activité photonique.

————————————————– ——————————

Opérateur [10]

————————————————– ——————————

La question suivante est posée par Sandeep Deshpande de JPMorgan.

————————————————– ——————————

Sandeep Sudhir Deshpande, JP Morgan Chase & Co, Division de la recherche – Analyste de recherche [11]

————————————————– ——————————

Si vous me permettez de poser à nouveau une question sur ce que vous voyez au cours du trimestre de juin. Je veux dire, si vous parlez du type de déclin que vous avez mentionné ce matin – en avril, je veux dire que certains de vos pairs en semi-conducteurs ont indiqué une baisse de 25% de leurs revenus. Sur une baisse de 25% des revenus, OSRAM peut-il se déplacer en espèces ou par le biais de votre gestion du fonds de roulement, et ainsi de suite, être à l’équilibre financier au cours du trimestre? Je comprends qu’en termes de revenus, ce n’est pas possible.

L’autre point que je voudrais soulever – une question que j’ai à propos de l’activité globale dans le secteur automobile. Même si vous avez vu tant de déclin, je veux dire, IHS indique un déclin de près de 50% des unités automobiles. Pensez-vous donc que cette faiblesse se poursuive au second semestre?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – PDG et président du directoire [12]

————————————————– ——————————

Merci, Sandeep. Oui, comme j’ai essayé de l’expliquer, et je pense que vous l’entendrez, et je suis sûr que vous l’entendez également de la part d’autres collègues de l’industrie mondiale, en particulier de l’automobile. Je pense donc que le verrouillage du COVID-19 est en Europe. Surtout en Allemagne, nous revenons. Nous l’ouvrons. Je pense que le Royaume-Uni est toujours verrouillé et que les États-Unis sont verrouillés. Mais néanmoins – mon problème, Sandeep, n’est pas le verrouillage. Mon problème est la demande manquante. J’ai donc un peu peur que si nous – tout va bien, encore une fois, et nous pouvons nous promener et faire du shopping, mais les gens n’achètent rien. Mon souci est donc la demande manquante. Et pour cette raison, je dirais qu’au cours des mois d’avril, mai ou juin, nous devons gérer le verrouillage et l’impact du verrouillage. Et dans le reste, c’était votre question.

Au second semestre, nous devons nous battre pour la demande. Donc, l’achat de pièces et ensuite que mon client, l’industrie automobile peut produire des voitures, puis je peux livrer des pièces à l’OEM. Je dirais donc que c’est – ce sera une question, ce sera vraiment une question de savoir à quelle vitesse les gens reviennent dans le – pour faire du shopping. Si je le vois en Chine, c’est très bien. Donc en Chine – et j’ai essayé de le dire ce matin, en Chine, nous avons une courbe en V typique. Cela signifie que nous avons eu le verrouillage en janvier et février. Mais à partir de mars, la Chine est revenue. Et en avril, notre usine est entièrement chargée, et il semble que la demande soit bonne sur le marché chinois. Et la question est, et c’est vraiment une question et personne ne peut me donner de réponse, ou peut-être que vous pouvez, à quelle vitesse les gens retournent-ils faire du shopping?

————————————————– ——————————

Sandeep Sudhir Deshpande, JP Morgan Chase & Co, Division de la recherche – Analyste de recherche [13]

————————————————– ——————————

Et sur le prix au comptant?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – PDG et président du directoire [14]

————————————————– ——————————

Oui, sur le prix au comptant, peut-être que le meilleur est de le donner à Kathrin ou à – Gérard?

————————————————– ——————————

Kathrin Dahnke, OSRAM Licht AG – CFO & membre du comité de direction [15]

————————————————– ——————————

Eh bien, du côté des liquidités, comme je l’ai souligné, nous avons tellement d’initiatives en place, en particulier des initiatives de fonds de roulement, plus la réduction des CapEx. De sorte que l’impact sur la trésorerie est en quelque sorte plus faible que l’impact sur les entreprises. Ce que nous avons vu en avril, la dépense d’argent, comme vous pouvez le dire, était limitée. C’était petit, mais limité car nous n’avons pas de boule de cristal pour les mois à venir. Cependant, nous pensons que l’impact cash en fin de journée ne sera pas aussi fort que, éventuellement, le chiffre d’affaires.

————————————————– ——————————

Sandeep Sudhir Deshpande, JP Morgan Chase & Co, Division de la recherche – Analyste de recherche [16]

————————————————– ——————————

Un seul suivi. Je veux dire, je crois qu’il y a eu une réunion en Allemagne cette semaine entre les constructeurs automobiles et la chancelière Merkel. Je veux dire, avez-vous entendu quelque chose de vos clients sur ce qui s’est passé et s’il y aura des programmes de mise à la casse ou une aide pour l’industrie, ce qui fera que la seconde moitié ne sera pas si mauvaise et que la demande reviendra?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – PDG et président du directoire [17]

————————————————– ——————————

Oui. C’est vrai, Sandeep, oui, ils ont eu une réunion mardi. C’était bien sûr le gipfel automobile, le sommet automobile, le sommet automobile mardi. Je pense que l’industrie automobile a peut-être commencé très tôt avec la question: obtenons-nous de l’argent? Je pense – je suis sûr que quelque chose va arriver. Je suis sûr que quelque chose va arriver. Mais je pense que maintenant du point de vue de la gouvernance, c’est dans la direction principale, vraiment, que les gens reviennent et ont plus de flexibilité. Comme vous le savez, nous avons arrêté le verrouillage et nous avons maintenant rouvert tous les magasins en Allemagne. Nous rouvrirons les restaurants lundi prochain, et nous rouvrirons pas à pas de plus en plus de boutiques et de centres commerciaux. Encore une fois, je dirais – mais c’est une supposition. Mardi, il y a eu une discussion ouverte sans aucune décision. Et je suis certain qu’ils trouveront de bonnes idées.

————————————————– ——————————

Opérateur [18]

————————————————– ——————————

La question suivante vient de Sebastian Growe de la Commerzbank.

————————————————– ——————————

Sebastian Growe, Commerzbank AG, Division de la recherche – Chef d’équipe des industriels [19]

————————————————– ——————————

Le premier concerne Opto. Plus tôt dans la journée, vous avez dit que dans la partie malaisienne – usines, vous n’étiez temporairement que 1 000 employés à plein temps. Et maintenant, vous êtes de retour à 6400, c’est-à-dire pleinement utilisé. Pouvez-vous simplement me donner une idée de ce que cela signifiait en termes de coût face au vent lorsque vous courez vraiment sur l’usine pendant un certain temps? Et pouvez-vous également nous donner une idée de combien de temps vous avez fonctionné avec seulement ce niveau de 1 000 employés? Et serait-il juste de dire que, sur la base de vos commentaires antérieurs sur la demande, vous pourriez être prêt à fermer à nouveau ou à réduire au moins la charge de l’usine malaisienne? Ou tant que la Chine est assez dynamique en demande, alors vous courrez à 100%. C’est tout pour Opto.

Et l’autre question que j’aurais à poser concerne les économies de coûts et l’objectif amélioré ici à 300 millions d’euros. Je pense que depuis le début de 2018, vous avez au total réservé près de 300 millions d’euros en articles spéciaux. La question que je me pose est de savoir combien ou combien d’articles spéciaux est nécessaire pour atteindre cet objectif d’économies brutes de 300 millions d’euros? Et pourriez-vous également nous rappeler ce que sont réellement les charges et les frais de P&L par rapport à ce que sont les coûts décaissés pour ce programme?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – PDG et président du directoire [20]

————————————————– ——————————

Oui. Merci, Sebastian. Pour en venir à votre première question, OS, oui, c’est tout à fait vrai. Nous avons commencé avec 1 000, puis nous avons franchi une étape intermédiaire avec 3 200. Et maintenant l’usine est ouverte, et tout le monde peut revenir. Pour être honnête, peut-être que M. Gérard pourra m’aider. Je ne sais pas quel a été vraiment l’impact EBIT pour la baisse des coûts. Je dois dire que je ne sais pas. C’est simple. Je ne le sais pas. Je dirais que c’est un seul million de pièces. Mais c’est une supposition. C’est vraiment une supposition. Donc je ne le sais pas. Mais je pense que ce que nous pouvons faire, c’est que nous vous appelions et que Juliana vous donne cette information parce que je ne la connais pas.

Ce que je peux dire, Sebastian, c’est que la Malaisie joue un rôle très important pour la Chine, pour la Chine automobile. Et nous avons une énorme – nous avons une bonne demande de la Chine. Et il était très important pour OSRAM de rouvrir ou d’obtenir la pleine capacité parce que nous essayons d’utiliser davantage Ratisbonne. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’usine de Ratisbonne était en pleine activité en février et mars, car ils ont tenté de compenser la capacité manquante en Malaisie. Nous sommes donc très heureux maintenant d’être de retour et pouvons livrer à notre client. Et encore une fois, le numéro vient de Juliana, et peut-être François peut – peut-être ou peut-être, Kathrin, pouvez-vous répondre à la question, la deuxième question?

————————————————– ——————————

Kathrin Dahnke, OSRAM Licht AG – CFO & membre du comité de direction [21]

————————————————– ——————————

Oui. Le programme de réduction des coûts, que vous avez mentionné, s’est élevé à 300 millions d’euros. Il a commencé en 2018 et devrait se poursuivre jusqu’en 2022. Nous sommes un peu comme au milieu, et il s’agit d’améliorer les bénéfices. Il n’y a pas de liquidité comme nous l’avons fait dans le cadre du programme SHIELD. Nous avons déjà réussi à matérialiser un peu plus de 180 millions d’euros dans le cadre de ce programme au deuxième trimestre.

————————————————– ——————————

François-Xavier Gérard, [22]

————————————————– ——————————

Et peut-être à votre question.

————————————————– ——————————

Kathrin Dahnke, OSRAM Licht AG – CFO & membre du comité de direction [23]

————————————————– ——————————

Et dans le quartier …

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – PDG et président du directoire [24]

————————————————– ——————————

Au cours du trimestre, il était de 26%, mais cumulé, il s’agit de 180 millions d’euros. Et nous sommes convaincus que nous atteindrons les 300 millions d’euros peut-être un peu plus tôt qu’en 2022.

————————————————– ——————————

François-Xavier Gérard, [25]

————————————————– ——————————

Oui. Et Sebastian, peut-être pour ajouter quelque chose à propos de votre question sur les articles spéciaux. Nous avons donc réservé la majorité de nos articles spéciaux en 2020 au premier semestre. Mais nous avons encore quelques programmes en dehors de l’Allemagne, dont nous allons également rendre compte. Ainsi, les indications initiales que nous avons données en termes d’articles spéciaux, à peu près au même niveau que l’année dernière, sont toujours valables.

————————————————– ——————————

Sebastian Ubert, Société Générale Cross Asset Research – Analyste Actions [26]

————————————————– ——————————

Je me demandais simplement, quand on regarde les 180 millions d’euros que vous avez économisés jusqu’à présent, comme vous l’avez dit, en même temps, vous avez réservé près de 300 millions d’euros. Donc, les ratios, évidemment, près de 2 euros que vous avez dépensés pour 1 euro d’économies. Et c’est le noyau de la question. Alors, que faut-il vraiment pour atteindre les 300 millions d’euros? Ou est-ce vraiment comme si la majorité était faite et maintenant ce sont des morceaux vraiment plus petits qui arrivent encore. But it’s basically what I was interested in. And then on the cash part, I was not so much asking for any liquidity leeway. I was more asking how much of the special items is ultimately really a cash charge, i.e., that you need to make redundancy payments, whatever comes to mind, and that is my question.

————————————————– ——————————

Francois-Xavier Gérard, [27]

————————————————– ——————————

Oui. So on the first one, as mentioned, we still have in the second half of the year, we will have some charges. And we have a usual run-rate as well when we go into 2022, but it’s not factored in. So we will be done mostly by the end of this year with this program. Regarding the cash, there is not a lot of difference between the accrual and the provision we book and the cash out. So we have certain assumptions obviously, depending on the monitoring program and when we will have this executed so that it will reap in the second half and probably more in next year, our cash.

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [28]

————————————————– ——————————

And we booked it — if you announce the program, you have to book it.

————————————————– ——————————

Kathrin Dahnke, OSRAM Licht AG – CFO & Member of the Management Board [29]

————————————————– ——————————

Oui. That’s not on cash.

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [30]

————————————————– ——————————

The earnings — and the savings are coming later. So I would say the EUR 300 million, what we booked already if you get then the savings over the years, you have a good return. So in this case, I would say it was the right decision to lean the organization and to streamline and to increase the performance.

————————————————– ——————————

Francois-Xavier Gérard, [31]

————————————————– ——————————

And maybe I don’t know if you…

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [32]

————————————————– ——————————

And you see it in the results, Sebastian. (inaudible) you see in this corona crisis, we increased the profitability to 12%. And in OS, you see that we increased from 14% to 21%. So I think it’s a good return. So I’m happy about that.

————————————————– ——————————

Sebastian Ubert, Societe Generale Cross Asset Research – Equity Analyst [33]

————————————————– ——————————

Yes, no doubt at all about that, quite frankly. That wasn’t meant to be any criticism also from my end. The contrary is the case. I think you had a straight beat in the quarter much better than everybody would have expected. Was that really to get a proper sense? Because usually, you never have a 1:1 ratio, EUR 1 expense and then EUR 1 saving that in reality very rarely works, at least based on my experience. And that was basically the background of the question. I think there was one other comment you wanted to make. And I have one very quick follow-up just on the CapEx budget of the EUR 50 million in the first half of the year, what should be the run-rate? Is it still around EUR 25 million a quarter? Or is there at a certain point in time, a tipping point reach where you will have to increase the CapEx spend?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [34]

————————————————– ——————————

Now, we have a CapEx freezing, I will say, I think in a time where you are running a crisis like this one, it’s good to stop breathing and stop spending. And that’s the reason we said, look, as we have a CapEx freeze, really a CapEx freeze like a hiring freeze. And only spending, if you need it because something has to replace, then we do it. But — Francois?

————————————————– ——————————

Francois-Xavier Gérard, [35]

————————————————– ——————————

Maybe — I mean, as mentioned by Olaf, on Page 8, I mean, as you see, the free cash flow measures, I mean the main part of this non EBITDA is related to CapEx. So I would say it’s a mid-double-digit number, what we are looking at. And obviously, that will reduce our CapEx in the second half of the year.

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [36]

————————————————– ——————————

What you I said, I think EUR 25 million is good.

————————————————– ——————————

Francois-Xavier Gérard, [37]

————————————————– ——————————

Exactement. The majority we could have that. Et…

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [38]

————————————————– ——————————

That’s the minimum, what we need to keep it running.

————————————————– ——————————

Opérateur [39]

————————————————– ——————————

The next question comes from Lucie Carrier of Morgan Stanley.

————————————————– ——————————

Lucie Anne Lise Carrier, Morgan Stanley, Research Division – Executive Director [40]

————————————————– ——————————

The first one, I was hoping if you could give us some color around the strength in the sensing business you’ve seen in the second quarter in OS. I was just curious if you could give us some idea which type of application it was, whether there was any specific contract that was related to that? And if so, what would be the length of that contract or those contracts, if there are several?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [41]

————————————————– ——————————

We are quite — I think it’s good to be in Germany and not in U.K. — sorry, to say, but if I take a look to the numbers in U.K., I’m very afraid. But I think from French to French, Francois, that’s a perfect answer.

————————————————– ——————————

Kathrin Dahnke, OSRAM Licht AG – CFO & Member of the Management Board [42]

————————————————– ——————————

Which language?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [43]

————————————————– ——————————

You can do it in French.

————————————————– ——————————

Lucie Anne Lise Carrier, Morgan Stanley, Research Division – Executive Director [44]

————————————————– ——————————

I’m only half French, so.

————————————————– ——————————

Kathrin Dahnke, OSRAM Licht AG – CFO & Member of the Management Board [45]

————————————————– ——————————

D’accord. Do it in English then.

————————————————– ——————————

Francois-Xavier Gérard, [46]

————————————————– ——————————

I think regarding the sensing business, right?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [47]

————————————————– ——————————

Oui.

————————————————– ——————————

Francois-Xavier Gérard, [48]

————————————————– ——————————

I mean, we had — in the quarter, I mentioned a very good evolution. I think we have the one or the other program ongoing. So that’s definitely what help us. And then looking forward, obviously, to more of that. I think the sensing is a very good market, a tough market. And now we have the one or the other program towards that one, supporting us in Q2.

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [49]

————————————————– ——————————

And you have seen this is very — this is a stable — it’s a stable business, sensing business in COVID crisis as well. So we are quite happy. I think it was a good progress. It helped in terms of the —

————————————————– ——————————

Lucie Anne Lise Carrier, Morgan Stanley, Research Division – Executive Director [50]

————————————————– ——————————

Sorry, just maybe — I don’t know if my question was clear. But I was not so much talking about the cost elements of that business. But just want to understand a little bit the top line development, because you said that business was up, I think, either high single digits or double digits. And I was just keen to understand which applications have driven that and whether there was any specific contract related to this?

————————————————– ——————————

Francois-Xavier Gérard, [51]

————————————————– ——————————

I think we’re not discussing on specific customers on that one. But what I mentioned in terms of program was not the cost program, but the program we have in the one or the other mobile customers what we are delivering. So I think usually, we don’t disclose, and we will not give that on that call.

————————————————– ——————————

Kathrin Dahnke, OSRAM Licht AG – CFO & Member of the Management Board [52]

————————————————– ——————————

Absolument. And you know, Lucie, that we’re also quite balanced, and the industry with smart mobile devices and so on. And yes, what Francois mentioned was related to the business, not to the cost.

————————————————– ——————————

Lucie Anne Lise Carrier, Morgan Stanley, Research Division – Executive Director [53]

————————————————– ——————————

D’accord. So from that standpoint, I should understand that there was not any — I’m not asking for a customer name, but there was not any specific programs, which had a bigger ramp-up in the quarter versus what you expect for the rest of the year, for instance.

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [54]

————————————————– ——————————

Yes, there was a program — if you mean a customer order, yes, there are some customer order that ramped up in this quarter. That’s for sure. I think if you take a look to this market, you have seen that there are some new products that are coming up, and we are in these products. So there was a program, and we are in.

————————————————– ——————————

Lucie Anne Lise Carrier, Morgan Stanley, Research Division – Executive Director [55]

————————————————– ——————————

And a question related to the potential recovery in automotive. One, on one side, I’d be keen to understand which type of conversation you are having right now with your largest customer, considering the amount of pressure they are on and how they’re thinking about allocation, but also pricing and also the type of product that they are good to go for?

And then secondly, as well, you’ve mentioned that China was picking up quite nicely since March, April. I was — how much visibility do you have, whether the demand you are seeing, which is improving, is more related to what I would call a restocking effect versus a demand actually in the market from the final customer?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [56]

————————————————– ——————————

I think the first one is, of course, we have a lot of discussions with our customer, and I think that’s maybe the change and the learning effect from 2008. I think one is really that you have a conversation really every week with a large customer. And I’m in close contact with the BMW CEO and the Mercedes CEO and with our direct clients like HELLA and so on. So they all have very limited visibility. And the visibility was, of course, in 2 steps. The one was a lockdown and how long does it take? I think now we have better visibility. We are all back. We ramp up our factories, it’s BMW and Volkswagen or in Daimler. But now the next wave is the visibility how good is the demand. That’s what I was talking about. And the question is, people are now able to go out for shopping. And — but the question really is are they willing to spend money? And that’s — we do not have any visibility. That’s — we do not know. We simply do not know.

What I’m doing is that I’m looking to the 3 areas like in America, China and in Europe, to the stock of the dealers, their detailed statistics. And you can see that the dealers in U.S. are full with cars. We can see that in China, they are selling cars from the dealer. So that’s the reason that the Chinese automotive industry is producing cars. So as I said, it looks like that we have, in China, a combination of destocking and really demand. And there’s one very simple reason that — and this has maybe changed to 2019. We had a decline in 2019, you still remember. And I was talking about that people are thinking spending money more in real estate and less in an owned car because infrastructure was so good in big cities like in China. Now people are thinking about how good is it to travel with bus or sub. So they’re thinking about to buy cars again. So there’s a changing in mind, and that is one thing. Question is how long does it take, but it is a demand definitely in China there. And — but the question is for Europe and America, we have to see. So it’s — answer is, it is a destocking and it’s a demand definitely in China.

And pricing, we do not have pricing discussions. There’s no question. It is in the past, in the first 3 months of this new year, our 2Q. It was really a question of the supply chain. Are we able to deliver? And in China, we really had hard times to deliver on time, especially I had the reduced capacity in Malaysia. But as I said, we manage it with Regensburg. So in this time, we do not have a pricing issue. What we have and what we expect, Lucie, is that we maybe have a special promotion programs. So I’m quite sure that one tool for a better demand will be — maybe help from the different governments. But definitely will be good prices. And I think in this case, maybe some promotions are coming up.

————————————————– ——————————

Opérateur [57]

————————————————– ——————————

The next question comes from Jürgen Wagner of MainFirst.

————————————————– ——————————

Jürgen Wagner, MainFirst Bank AG, Research Division – Director [58]

————————————————– ——————————

Oui. Je vous remercie. Bonne après-midi. I have a follow-up question on your cash initiatives. And you mentioned you had limited cash burn in April despite sharp volume drops. But on Page 12, you show us that you have drawn quite a bit of your credit facilities. Why have you done this? And second question would be how strategic is the Conti joint venture with a negative EBITDA margin even on adjusted level?

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [59]

————————————————– ——————————

Yes, it’s a very good question, Jürgen. I’ll give the first one to Kathrin and the second one to my colleague, Stefan.

————————————————– ——————————

Kathrin Dahnke, OSRAM Licht AG – CFO & Member of the Management Board [60]

————————————————– ——————————

D’accord. Well, the cash — the drawing of the facility is very easy, therefore, just for caution. Because as an experience from the financial crisis in 2008, you better make sure that all the committed lines really are there. And if you draw into those lines, they are just then used. That is just — may not be the most efficient type of liquidity measure, but it’s the most cautious approach.

————————————————– ——————————

Jürgen Wagner, MainFirst Bank AG, Research Division – Director [61]

————————————————– ——————————

D’accord. Compris.

————————————————– ——————————

Olaf Berlien, OSRAM Licht AG – CEO & Chairman of the Managing Board [62]

————————————————– ——————————

I think it’s good to have your line. So it’s always cash is king in these times.

————————————————– ——————————

Kathrin Dahnke, OSRAM Licht AG – CFO & Member of the Management Board [63]

————————————————– ——————————

Cash is important.

————————————————– ——————————

Stefan Kampmann, OSRAM Licht AG – CTO & Member of the Managing Board [64]

————————————————– ——————————

And Jürgen, in regards of the your question regarding the joint venture, when we currently look at the acquisition results of the joint venture, we see that the rationale to form this joint venture, but we always said it’s important to join basically competencies in electronics and lighting. These joint force is successful. We have currently awards of new businesses with new solutions, like, for instance, light car boards for cars. We’re looking to new light electronic solutions where we are very successful in awarding new businesses. So looking forward, also what we already disclosed the acquisition volumes, which we had last year, fulfilled and overfulfilled our targets. We are currently suffering a little bit from the inherited business, which came into the joint venture that we have to work on the manufacturing costs. And this is basically the burden which we currently see. But looking forward, we are very happy with the results, which the management is currently showing in regards of awarded volumes and also the new technologies where we see a high customer acceptance.

————————————————– ——————————

Jürgen Wagner, MainFirst Bank AG, Research Division – Director [65]

————————————————– ——————————

The awarded volumes, can you quantify this?

————————————————– ——————————

Stefan Kampmann, OSRAM Licht AG – CTO & Member of the Managing Board [66]

————————————————– ——————————

No, but they are supporting basically the growth which we have planned for the joint venture.

————————————————– ——————————

Opérateur [67]

————————————————– ——————————

And there are no more questions at this time. I hand back to Juliana Baron for closing comments.

————————————————– ——————————

Juliana Baron, OSRAM Licht AG – Head of IR [68]

————————————————– ——————————

Oui. Thank you very much, and thank you very much for all your participation. With that, we would like to close this conference call. If you do have further questions, please get in contact with our Investor Relations team. Have a very good day. Thank you, and goodbye. Stay healthy.

————————————————– ——————————

Opérateur [69]

————————————————– ——————————

Ladies and gentlemen, the conference has now concluded, and you may disconnect your telephone. Thank you for joining, and have a pleasant day. Au revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *