Pas de travail, le propriétaire d’un salon peine à nourrir sa famille: The Tribune India

Amit Khajuria

Tribune News Service

Jammu, 22 mai

Les assouplissements dans le lockdown 4.0 n’ont apporté aucun soulagement à Dev Raj, 31 ans, un barbier dans la localité Roop Nagar de la ville de Jammu, car il n’est toujours pas autorisé à ouvrir sa boutique.

Bien qu’il ait réussi d’une manière ou d’une autre au cours des deux derniers mois avec ses économies, il a commencé à manquer de patience. La famille de trois personnes de Dev Raj, avec les familles de ses deux aides, se dirige maintenant vers la famine.

Dans le verrouillage prolongé, l’administration de l’UT a autorisé les salons de coiffure, les salons et les salons de coiffure à ouvrir dans tous les domaines, sauf dans les limites des corporations municipales des quartiers rouge et orange. Le quartier de Jammu appartient à la catégorie orange et la boutique de Dev Raj est située dans les limites de Jammu MC.

Il vient à son magasin tous les jours, s’assoit dehors pendant un certain temps et rentre chez lui déçu.

«Cela fait maintenant deux mois que je n’ai pas gagné un seul centime. Il n’y a eu aucun soutien du gouvernement et nous ne voyons aucun espoir de relance de notre entreprise dans les prochains jours », a-t-il déclaré.

Raj gagnait environ 15 000 $ par mois, mais il a maintenant une dette de 50 000 roupies.

«Avant, je versais environ la moitié du salaire à mes aides, mais maintenant il m’est devenu difficile de nourrir ma famille. Les factures et les versements de prêt pour les trois derniers mois sont impayés. J’ai emprunté à certains parents et amis », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *