un International Jazz Day 2020 en mode confiné

Grand concert en ligne, conférences et ateliers interactifs… L’édition 2020 de la Journée internationale du Jazz, qui se tient chaque année le 30 avril, s’adapte à son tour à la pandémie du Covid-19.

Chaque année, l’International Jazz Day, événement initié par l’Unesco en 2011, se tient le 30 avril avec pour point d’orgue un grand show, le All-Star Global Concert, organisé dans un pays différent. L’épicentre de l’édition 2020 aurait dû se situer au Cap, en Afrique du Sud. En raison de la pandémie de coronavirus, et à l’instar de nombreuses manifestations culturelles frappées par les mesures sanitaires, le Jazz Day 2020 se mue en rendez-vous virtuel, un #JazzDayAtHome.

Le pianiste Herbie Hancock, ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco pour le dialogue interculturel, a annoncé le 28 avril sur Twitter que la 9e édition « aura lieu en ligne, incluant des masterclasses éducatives gratuites, des activités pour enfants, des débats en plus du concert global virtuel ».

Des artistes du monde entier doivent prendre part au concert parmi lesquels John McLaughlin, Dee Dee Bridgewater, John Scofield, Dianne Reeves, Alune Wade, Youn Sun Nah, John Beasley, Jane Monheit, Ben Williams, Lizz Wright, Igor Butman, Evgeny Pobozhiy, A Bu et Joey DeFrancesco, annoncé l’Unesco ce mercredi 29 avril. Animé par Herbie Hancok, le Global Concert doit être retransmis jeudi soir en direct à compter de 21 heures à Paris (19 heures UTC) sur le site du Jazz Day, ou directement sur YouTube.

International Jazz Day

On peut imaginer que ce concert s’articulera de la même façon que les précédents événements retransmis sur internet depuis le début de la crise, comme le Worldwide Concert du Jazz at Lincoln Center, ou côté pop/rock, le show « One World Together at Home » de Global Citizen.

Par ailleurs, ce 30 avril, il sera donc possible de suivre en direct des masterclasses éducatives, des activités pour les enfants et des échanges via une conférence par internet avec des éducateurs et des artistes de jazz renommés comme Marcus Miller, Dee Dee Bridgewater ou Danilo Pérez, autant d’initiatives organisées sur différents points du globe (programme sur le site de l’Unesco).

« La musique est un refuge, une source de joie, une réponse à une situation qui touche le monde entier », souligne la directrice générale de l’Unesco Audrey Azoulay, par ailleurs ancienne ministre française de la Culture. « Et le jazz est la musique de la liberté, des droits de l’homme et de l’émancipation. En cette neuvième Journée internationale du jazz, alors que nous sommes confrontés à la pandémie de COVID-19, nous nous tournons plus que jamais vers le jazz pour nous rapprocher. »

Pour ce Jazz Day très particulier, l’Unesco et l’Institut de jazz Herbie Hancock invitent organisateurs, musiciens et amateurs à créer des messages vidéo, des enregistrements audio et toutes autres expressions afin d’exprimer leur solidarité aux personnes touchées par la pandémie. Les soumissions seront présentées dans le cadre des célébrations en ligne.

L’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) rappelle enfin qu’elle s’emploie à soutenir les musiciens plongés dans la précarité par la crise du coronavirus, en invitant le spectacle vivant à faire entendre sa voix via son initiative ResiliArt.

> Le programme des événements par pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *